Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 07:06


L'été dernier, dans des circonstances excessivement troubles, l'historien, intellectuel, journaliste et opposant togolais Atsutsè Kokouvi Agbobli nous a quittés. Il publia dans nos colonnes, début 2008, rubrique "Yako Zafrikins konpeu fersa", un petit pamphlet ironique, dès les premiers remous de l'affaire de l'Arche de Zoé. Affaire qui vient de remonter à la surface, à l'occasion d'une nouvelle prise d'otages...L'occasion pour nous de saluer sa mémoire et ses proches (dont le rappeur Ekoué, du groupe La Rumeur). L'article parut sous le titre : "Arche de Zoé : si seulement les enfants africains étaient blancs..."


Il était une fois, une grande nation, la France, patrie de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen, tombée entre les mains de gouvernants natalistes et populationnistes et acquis en réalité à une vieille pratique de politique d'immigration raciste, usitée dans l'Entre-deux-guerres, de 1919 à 1939, selon l'instruction discrète : « Allez-les prendre plus au Nord... loin, très loin de l'Equateur. ».

Parce que leur pays, désormais frappé structurellement par la dénatalité et le déclin démographique, se retrouve dans l'obligation, pour maintenir sa croissance économique et la prospérité de ses populations, de s'ouvrir à l'immigration en important désormais des millions de gens sur des décennies, les gouvernants français actuels ne sont disposés, pour la défense de l'identité française, à les faire venir principalement que des pays de peuplement blanc européen et chrétien voire asiatique non musulman et... de l'Afrique noire.

 

A cet effet, contre l'éthique universelle et au pas de charge, la loi Hortefeux, du nom de M. Brice Hortefeux, ministre français de l'Immigration et de l'Identité Nationale, est votée par le Parlement avec à l'appui un test ADN de maternité voire de paternité dans le cas de rapprochement des enfants de leur famille.

C'est dans cette atmosphère que l'Association « Arche de Zoé », appelée à la fois pour des raisons humanitaires et pour satisfaire les profondes et sincères aspirations des pauvres familles françaises sans enfant, s'était lancée de façon malencontreuse dans l'opération de recueil de 103 enfants originaires du Soudan et du Tchad, noirs de peau et victimes de l'impéritie de leurs gouvernements et d'incessantes guerres intestines aux implications internationales avérées.

Une opération plutôt triste qui transgressait manifestement la politique d'immigration raciste de l'équipe gouvernante actuelle en France et qui se devait d'user de tous les moyens pour la torpiller.

Dès lors, on peut deviner les raisons cachées de tout le tintamarre de dénonciations et d'indignations proférées au nom de la défense des droits des enfants par les officiels français. Un tintamarre auquel, comme d'habitude, des Africains y compris des dirigeants se mêlent allègrement sans réflexion préalable profonde pour en saisir les tenants et les aboutissants. 

Pour les gouvernants français, la punition sévère des contrevenants à la Loi Hortefeux doit servir d'exemple et dissuader dans l'avenir d'autres personnes de chercher à la transgresser.

Pour ce faire, comble de l'incroyable, la secrétaire d'Etat française aux Affaires étrangères chargée des droits de l'homme et son ministre en titre, puis le président de la République Française en personne et son ambassadeur en poste à N'Djamena, abandonnant des citoyens français à la Justice tchadienne !

Et, le gouvernement tchadien qui se dit désormais abusé, se prêtant au jeu de diabolisation de l'Arche de Zoé en arrêtant et en inculpant ses 7 responsables au Tchad ainsi que les 3 journalistes et 6 membres de l'équipage de l'avion espagnol affrété pour l'Opération, du délit extrêmement  grave de tentative d'enlèvement d'enfants et de complicité de tentative d'enlèvement d'enfants ! 

Du jamais vu dans les relations entre une grande puissance dominatrice et un pays de sa sphère d'influence.

Heureusement que le ridicule ne tue jamais et les promoteurs de l'inacceptable politique de proscription de l'immigration africaine dans la France qui ne cesse de se proclamer  « amie de l'Afrique », peuvent se prévaloir de la défense des droits des enfants, pour atteindre un but d'un cynisme consommé : empêcher l'arrivée en France de pauvres petits enfants soudanais et tchadiens dans la détresse et dont on ne veut absolument pas... pour la couleur noire de leur peau.


 Atsutsè Kokouvi AGBOBLI 

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV