Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

L'art éphémère du peuple de l'Omo par Hans Silvester

Publié le 14 Février 2009 par Gri-Gri International in Arts & culture


L'art éphémère ne date pas d'hier ! Pour preuves les peuples vivant autour de la rivière Omo, en Ethiopie non loin de l'endroit où fût trouvée Lucy, qui pratiquent la peinture corporelle depuis des temps immémoriaux. Enseigné depuis l'enfance, cet art prend toute sa signification à l'adolescence, quand les jeunes gens deviennent tour à tour artiste ou œuvre, laissant aller leur expression créative dans le but d'attirer le regard, de se distinguer, de se voir dans le regard des autres, de plaire mais aussi d'être reconnu pour ses qualités artistiques. Ainsi les jeunes femmes privilégient l'originalité de la peinture de leurs seins tandis que les jeunes hommes parent leur penis de cette argile pigmentée qu'ils appliquent généralement à l'aide de leurs doigts ou d'un roseau. Protégés jusqu'à maintenant de la colonisation et de l'esclavagisme par leur éloignement géographique, leurs fauves et insectes redoutables (et aussi un peu grace à leurs kalashnikovs...), les peuples de l'Omo vont devoir faire face aux plus grand dangers pour leur art : la civilisation et le tourisme.

Le photographe Hans Silvester, légende du grand reportage, a eu le choc de sa vie quand il les croise, à 68 ans, au hasard d'un reportage en Ethiopie. Abandonnant l'ordre du temps, il les suit dans leur vallée pour nous rapporter une belle esquisse de cet art millénaire mais contemporain.
Une exposition, « Les peuples de l’Omo » se tient jusqu'au 7 mars 2009 à la galerie de l’Etrave au 4 bis, avenue d’Evian à Thonon et à la galerie Art/espace-Galerie Pome Turbil au 1 bis avenue du Léman, toujours à Thonon.
Et pour ceux qui ne peuvent pas aller à l'expo, deux livres :  “Les peuples de l’Omo,  du corps à l’oubli" et "Entre la nature et l’homme" (Editions de la Martinière).

Texte Pascal Quehen pour http://graphicsoul.over-blog.com • Photos © Hans Silvester