Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 11:23

CAN 2012 Gabon stade face Est www.legrigriinternational.com

Un des stades de la demie Can gabonaise

CAN 2012 : la malédiction du « gaguisme » !
Près de 1000 milliards de francs CFA pour organiser (de manière chaotique) une moitié de CAN et, surtout, pour servir de coupés-coupés aux Maliens en 1/4 de finale ! Est-ce bien raisonnable ?
S’il n’y a rien à dire sur la prestation des footballeurs (encore que !), tout le reste, en revanche, est d’une nullité insondable. Rien qu’à lire le communiqué pondu par Gaguie-le-Battu, au lendemain de sa défaite, on mesure l’ampleur des dégâts et l’on comprend aussitôt que le président du PDG et sa bande étaient complètement à côté de leurs pompes : le texte est d’une vacuité et d’une légèreté affligeantes. La syntaxe, quant à elle, était tellement boiteuse (comme qui ?) que L’union a pris la liberté de la redresser avant publication.
Pendant un peu plus de deux ans, toutes les ressources (financières, matérielles, humaines, spirituelles…) du pays ont été mobilisées pour faire de la ½ CAN gabonaise, un succès. Sans être dupes, les Gabonais ont laissé faire. L’arrière-pensée politicienne qui guidait Ali dans cette entreprise était flagrante. L’inclination des dictateurs à vouloir se servir du sport comme vitrine est une vieille ficelle. Jean-Marc Diakité du quotidien sénégalais Le Soleil le rappelle en quelques phrases : « C’est  connu que les dictatures et le sport font souvent bon ménage. Quand la situation intérieure d’un pays est mauvaise, les présidents-dictateurs sortent de leur manche une performance sportive pour flatter l’ego du peuple et le remobiliser derrière eux. Selon la bonne vieille méthode du pain et des jeux à jeter en pâture au bon peuple pour qu’il oublie sa misère et la mal-gouvernance, les meurtres et le pillage des élites qui mettent le pays en coupe réglée. C’est pourquoi les dictateurs jettent souvent leur dévolu sur les grandes manifestations sportives dans lesquelles ils vont investir des milliards de francs pour relever victorieusement le défi de la participation ou au moins celui de l’organisation. Ce sont des moments particuliers durant lesquels on parle d’unité nationale, de solidarité et de patriotisme... »

Pour Ali, cela aurait pu fonctionner si les « Panthères » avaient remporté le trophée. L’euphorie de la victoire aurait masqué les énormes carences que l’on peut encore observer et déplorer aujourd’hui à Libreville. De tous les chantiers annoncés et vantés par les griots du pouvoir, aucun n’a été livré. Les plus emblématiques d’entre eux, les fameuses passerelles de la Voie express, sont une honte nationale. On risque sa vie chaque fois qu’on les emprunte : d’énormes blocs de béton font office de glissières de sécurité,  absence d'éclairage et de signalisation, pas de passages piétons. Quant à la bande de roulage, ce n’est même pas digne d’un bitume d’occasion. Les gravats laissés sur place après les démolitions de la fin de l’année dernière et les poubelles à ciel ouvert donnent de notre capitale une image tellement surréaliste que nombre de journalistes étrangers, présents dans notre pays, ne manqueront pas d’en parler.

A Libreville, toujours, le réseau routier urbain et les outils de communication que sont le téléphone et Internet font pitié. Toujours dispo quand il s’agit de donner un coup de pouce à son « fils », Marie-Joséphine Kaama, alias Patience Dabany, a transformé son domicile de Likouala en annexe du COCAN : avant chaque match, des dizaines de badauds et d'affamés s'y pressaient pour obtenir un billet d'entrée au stade, ou tout simplement un sandwich. Les intéressés devaient, au préalable, agiter des banderoles à la gloire de « Ya Ali ». Mais tout cela n’a servi à rien, un penalty raté d'Aubameyang  a tout « footu » en l’air. Maintenant, il va falloir expliquer au bon peuple pourquoi on a brûlé près de 1000 milliards de francs, qui représentent, quand-même, l’équivalent de plus 1000 kilomètres de routes goudronnées. Mais il n’y a pas d’illusion à se faire, aucun bilan financier ne sera rendu public, car, comme d’habitude, l’argent sorti des caisses de l’Etat ne sera pas perdu pour tout le monde : les probabilités qu’une bonne partie de ce magot ait déjà pris la direction de quelques paradis fiscaux accueillants sont très grandes.
C’est ce qui pourrait, en partie, expliquer la tenue précipitée d’une réunion du conseil d’administration de l’Agence nationale des grands travaux (ANGT), cette énorme pompe à fric qui a servi à régler les vraies et les fausses factures du COCAN. Dimanche soir, le match à peine terminé, les deux âmes damnées de Gagui, Liban Soleman et Maixent Accrombessi, se sont rendues directement au siège de l’ANGT, situé à côté de l’ancien gouvernorat. Il fallait finaliser la préparation des dossiers que le conseil d’orientation, prévu pour le lendemain et coprésidé par Ali Bongo et Maixent Accrombessi, allait examiner. Comme d’habitude, cette énième farce émergente a accouché d’un énorme mensonge : « Le Gabon va investir 12 mille milliards de Francs CFA (18 milliards d'euros) dans des projets d'infrastructures d'ici 5 ans… » Alors que nombre de chantiers sont arrêtés (la route du PK9 à Libreville, le tronçon Ndjolé/Medoumane, etc.), où Gagui-la machine à promesses pense-t-il trouver tout cet argent ? Avec la triste réputation que le régime Bongo/PDG s’est taillée auprès des bailleurs de fonds, on lui souhaite bien du plaisir.
En attendant, pour les Gabonais, la CAN est terminée. Ils vont devoir reprendre leur (sur)vie habituelle. Dans l’amertume et la résignation. Ce qui n’est pas le cas de Habib Sylla « Ngoye » et de son poulain Seydou Kane, les amis maliens d’Ali. Ils ont fêté la victoire des « Aigles » jusqu’au petit matin. Comme on dit, tout Malien est un malin et demi. Fin du match !

Photo - dr   Texte - J.O.

Partager cet article

Published by J.O. dr www.legrigriinternational.com
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV