Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 09:39
#Gabon / 800 000 Gabonais Economiquement Faibles...et Ali peut faire pire !



Huit cent mille. C’est le nombre de Gabonais qui se sont fait enregistrer au titre de « Gabonais Economiquement Faible (GEF)» en 2016. Paul Biyoghe Mba, le ministre des Affaires sociales en a fait l’annonce, un peu malgré lui, lors de la concertation gouvernement patronat de la semaine dernière, dans un grand hôtel du nord de Libreville.

Sur la base du dernier recensement de la population gabonaise qui indique que le Gabon compte 1,8 million d’habitants, c’est près de 45% de sa population qui vit avec moins de 80 000 FCFA par mois. Les GEF étant définis par les pouvoirs publics sur ce critère. Un échec pour la mise en œuvre des politiques publiques. Ce nombre risque malheureusement de grimper au regard des nombreux plans sociaux qui sont annoncées par les entreprises de la place, et le risque réel pour beaucoup d’entre elles de faire faillite. Nombreux sont ceux qui vont se retrouver à la suite de cela avec moins de 80 000 FCFA par mois.

C’est un chiffre qui se présente comme un démenti de toute la propagande éhontée à laquelle se livre actuellement le pouvoir pour essayer de vanter « le bilan social » d’Ali Bongo Ondimba. Surtout qu’entre 2015 et 2016, ce nombre s’est accru de 250 000 personnes. Une situation qui n’étonne guère. Même si le très politicien Paul Biyoghe Mba ne veut y voir que « des inscriptions frauduleuses ». Non seulement pour des raisons liées à la précampagne électorale en faveur d’Ali Bongo Ondimba, le très émergent professeur Mboussou, directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), a entrepris d’aller au contact des GEF dans tous les coins reculés du Gabon pour les enregistrer. Avec sans doute l’idée que, ces personnes se souviendraient le moment venu d’Ali Bongo Ondimba. Il ne savait pas que cet activisme militant allait plutôt renvoyer aux yeux du monde entier «l’écosystème réel » de la pauvreté au Gabon. Mettant ainsi au grand jour l’une des conséquences dramatiques de la gouvernance d’Ali Bongo Ondimba depuis sept ans.

D’autre part, Paul Biyoghe Mba, dans sa démonstration erronée, veut occulter les effets réels de la crise économique qui a frappé durement le Gabon en 2015, alors qu’il sait très bien qu’elle a conduit plusieurs milliers d’individus au chômage. Le premier réflexe de tous ceux qui se sont retrouvés du jour au lendemain sans aucun revenu, a été de prendre le statut de GEF. La fraude est plutôt du côté de celui qui veut nier cette réalité.

Le pouvoir a ainsi devant lui un chiffre choc, issu de ses propres investigations qu’il aura du mal à dissimuler. Il traduit mieux que n’importe quel discours l’échec des politiques publiques menées depuis sept ans. On comprend que Paul Biyoghe Mba, le futur directeur de campagne d’Ali Bongo Ondimba, si par extraordinaire ce dernier arrivait à régler la question de sa filiation avec Omar Bongo, croit très sérieusement que « ce chiffre peut être réduit d’un tiers » en retranchant « les inscriptions frauduleuses ». C’est sans doute ce qu’il va s’employer à faire en tant que ministre des Affaires sociales et habitué au « trucage des chiffres ». Mais cela ne changera rien à la réalité.

Même avec un tiers de personnes en moins, ce seront quand même près de 540 000 personnes qui seront considérées comme GEF, soit 30% de la population. Pour un pays qui a amassé près de 18 000 milliards entre 2010 et 2014, avec une population équivalente à celle d’un quartier de Yaoundé, Douala ou Brazzaville, c’est un triste record qui traduit l’incompétence et le caractère criminel des dirigeants gabonais. Puisqu’il est clair et établi que cette montagne de milliards de FCFA a plutôt été recyclée en fortune personnelle pour le chef de l’Etat à travers sa pieuvre Delta Synergie, autant pour les « profito-situationnistes». La démonstration en a été faite par Alexandre Barro Chambrier dans la déclaration du 27 juin du PDG Héritage et Modernité. Tout cela au détriment des Gabonais. C’est avec un tel boulet social qu’Ali Bongo Ondimba veut s’initier à « l’égalité des chances ». Autant dire un pari perdu d’avance. Au rythme de 250 000 GEF enregistré en un an, 99% de la population du Gabon pourrait bien prendre ce statut en 2020 s’il parvenait par miracle à se maintenir au pouvoir, car, leur avenir n’a jamais été et ne sera jamais en confiance. Il faut que les Gabonais en soient conscients.

TEXTE : SYA

In Echos du Nord n° 329

Partager cet article

Published by Gri-Gri International Echos du Nord - dans Gabon 2011 Politique Economie Francophonie Françafrique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV