Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 19:43
#CongoSassou / En vrai, Mokoko a gagné, devant Kolélas et Salissa...

Denis Sassou Nguesso élu ?

Que se passe-t-il au Congo Brazzaville ? La presse occidentale est muette sur ce sujet et le peu d’information en provenance de ce pays ne correspondent pas à la réalité.

Congo Brazzaville, Corée du Nord : même combat

Le premier tour de l’élection présidentielle a eu lieu le 20 mars 2016. Ce jour là, les communications téléphoniques et Internet ont été coupées afin d’empêcher l’opposition de collecter les résultats et pour que les Congolais ne communiquent pas entre eux. Ces manœuvres se sont poursuivies pendant quatre jours jusqu’à la proclamation dans la nuit de mercredi à jeudi de la victoire par un coup KO de Denis Sassou Nguesso. Ces procédés dignes d’une dictature ordinaire conviennent à la communauté internationale, qui pourtant est habituée à se gargariser avec les grands principes des droits de l’homme et de la démocratie, puisque jusqu’à cette heure aucun pays n’a réagit.

Le candidat-Président au fond de la classe

Comme tous les Congolais, les ambassades présentes à Brazzaville connaissent les vrais résultats. Le général Mokoko arrive en tête, talonné par Parfait Kolélas, suivi par Okombi Salissa, Denis Sassou Nguesso prend donc la quatrième place derrière ces trois opposants. Les partisans du candidat-Président le savent et c’est pourquoi l’auto-proclamation de leur champion n’a donné lieu à aucune scène de liesse. A Brazzaville comme à Pointe Noire et dans toutes les grandes villes, l’annonce de cette victoire a été considérée par tous, partisans comme opposants, comme une déclaration de guerre. Les Congolais se barricadent, personne ne se rend au travail, beaucoup sont partis au village, la ville tourne au ralenti.

Un pays au bord de l’explosion

A Pointe Noire, des incidents ont eu lieu dans les quartiers le jeudi 24 mars. La veille dans la capitale, la police a envoyé des gaz lacrymogène et a tiré en l’air dans le QG de Parfait Kolélas. Affolés, les jeunes partisans de cet opposant ont traversé la rivière toute proche pour s’enfuir, un adolescent qui ne savait pas nager est mort noyé. Les journalistes du Monde et de l’AFP ont été agressés et seul Washington a publié un communiqué condamnant cette agression. La France, elle s’est contentée de demander des explications. Denis Sassou Nguesso organise le verrouillage du Congo, aucune information ne doit sortir pour qu’il puisse réaliser son coup d’Etat électoral sans protestation. La conférence de presse prévue par l’opposition le vendredi 25 mars a été empêchée par un important dispositif militaire. Une centaine de personnes ont été arrêtés dans les rues du quartier où devait se tenir cette conférence. Pour l’instant, le procédé fonctionne mais jusqu’à quand ? La jeunesse est sur le pied de guerre et veut en découdre, pourtant elle sait ce que cela peut lui coûter, lors du référendum, elle en avait fait les frais. Les jours à venir seront décisifs.

Texte : Justine Okimi

Partager cet article

commentaires

Gri-Gri TV