Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 07:00
Jonas Savimbi au temps de la guerre civile, avec son conseiller, l'écrivain et éditeur français Dominique de Roux
Jonas Savimbi au temps de la guerre civile, avec son conseiller, l'écrivain et éditeur français Dominique de Roux

SOURCE

Les enfants de l'ex-chef rebelle angolais Savimbi ont assigné en justice l'éditeur du jeu vidéo à succès "Call of Duty".

Un jeu vidéo peut-il porter "atteinte à l'honneur" d'une personne ? La justice française examine mercredi le recours de la famille de l'ancien chef rebelle angolais Jonas Savimbi, qui estime que le jeu à succès Call of Duty représente leur père en "brute barbare".

Le choc. "Le voir tuer des gens, couper le bras de quelqu'un... Ça ne correspond pas à papa": lorsque Cheya Savimbi, 42 ans, découvre par hasard le visage de son père dans l'opus Black Ops II, sorti en 2012, c'est le "choc". Leurs réclamations restées vaines, trois des enfants Savimbi, dont Cheya, ont alors assigné en diffamation la branche française basée à Levallois-Perret d'Activision Blizzard, éditeur américain de ce jeu de guerre, souvent décrié pour sa violence.

Un seigneur de guerre controversé. Devant le juge civil du tribunal de Nanterre, les enfants Savimbi vont demander le retrait de la version du jeu incriminée et un million d'euros de dommages et intérêts. Mais "la question n'est pas l'argent", jure Cheya Savimbi : "Il s'agit de réhabiliter la mémoire et l'image" de son père.

Seigneur de guerre aussi charismatique que controversé, Jonas Savimbi, surnommé "Le Coq noir", a dirigé d'une main de fer les rebelles de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita) lors du conflit contre le colonisateur portugais puis lors de la guerre civile qui a déchiré le pays à partir de 1975.

Fils d'un pasteur protestant, de formation maoïste mais longtemps allié des Etats-Unis contre le régime pro-communiste du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA), il était presque toujours vêtu de son uniforme, revolver à la hanche. Sa mort au combat en 2002 avait mis un terme à 27 ans de conflit, permettant la signature d'un cessez-le-feu.

"Ami" de Nelson Mandela. Dix ans plus tard, c'est en béret rouge et tenue militaire que Savimbi refait surface en allié du héros de Call of Duty, Alex Mason, et dans son rôle de chef de guerre face au MPLA : dans une des séquences du jeu, il apparaît sous le feu des rafales ennemies, haranguant ses troupes depuis un char, lance-grenades à la main, aux cris de : "Il faut les achever !"

Pour la famille de l'ancien rebelle, cette mise en scène "outrancière" élude sa personnalité de "stratège" et de "leader politique". "Chef de guerre, oui", mais pas seulement : "ami" de Nelson Mandela, "il a été un personnage important de la Guerre froide, il était défendu par les grands de ce monde, comme (Ronald) Reagan", assure l'avocate des enfants, Carole Enfert.

Prescription des faits ? En face, la défense de Call of Duty argue que Savimbi a été représenté "pour ce qu'il était" : un "personnage de l'histoire angolaise", "un chef de guérilla qui combat le MPLA", résume l'avocat d'Activision, Etienne Kowalski. D'autant que, relève-t-il, Savimbi apparaît sous un jour "plutôt favorable", en "gentil" allié du héros. Au-delà du fond, l'avocat entend par ailleurs plaider la prescription des faits.

Partager cet article

commentaires

Gri-Gri TV