Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 21:43
André Prochasson, président de Côte d'Ivoire, rechercher et Dire la Vérité, par Clotilde Ohouochi, vice-pdte du FPI

Ici, c'est Grenoble. Voici, devançant la grande interview des médias officiels, une brève présentation de M. André Prochasson, président de "Côte d'Ivoire, Rechercher et Dire la Vérité".

Pouvez-vous vous présenter ?
André Prochasson : Ingénieur de formation. Tout au long de ma vie, j'ai toujours été engagé sur des causes humanistes. Ainsi, en 1992, lorsque Sarajevo et une bonne partie de la Bosnie-Herzégovine subissaient l'agression des forces ultra-nationalistes grand-serbes, j'ai lancé sur Grenoble un collectif citoyen pour interpeller, alerter et témoigner.

Quel lien avec la Côte d'Ivoire ?
J'ai tellement regretté l'absence d'actions efficaces de la Communauté internationale en Bosnie, que j'ai applaudi lorsque celle-ci est intervenue militairement en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, pour moi, étant alors un "affreux jojo", pour ne pas dire un dictateur. Il a fallu que j'attende 2014 pour entendre des témoignages directs d'Ivoiriens, pour, non sans réticences, finir par découvrir que les médias et la version officielle étaient loin de la Vérité.

A qui s'adresse votre association ?
CI-RDV s'adresse à tous les Français qui veulent connaître la Vérité d'un enchaînement de faits depuis 2000, jusqu'au paroxysme d'une guerre qui n'a pas dit son nom en avril 2011, avec l'implication de la France. Nous nous mobilisons pour que cette Vérité soit dite et que la Justice triomphe.

Merci, M. Prochasson

Propos recueillis par : Ohouochi Clotilde Yapi.

Présentation de l’association

Madame, Monsieur, Si on vous demandait : Que savez-vous de la Côte d’Ivoire ? Vous répondriez peut-être : La Côte d’Ivoire était une colonie française située en Afrique de l’ouest… Peut-être évoqueriez-vous : … la guerre, il y a de cela 3 ou 4 ans ou plus... Mais vous savez, je n’ai pas vraiment suivi les informations à cette époque, et puis, il y avait ces deux présidents qui se disaient gagnants des élections en 2010. En effet, les médias français concluaient et concluent encore trop souvent leur story telling sur la crise post-électorale ivoirienne par cette antienne : L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo avait refusé de quitter le pouvoir, plongeant le pays dans une grave crise et des violences qui ont fait près de 3000 morts. Et si on vous en faisait reproche, vous rétorqueriez certainement : Et pour preuve, la procureure de la Cour Pénale Internationale ne dit pas autrement… Mais au lieu de cette version savamment orchestrée, si la réalité était celle-ci ? De coups tordus en coups de force, depuis la mort du premier président Houphouët-Boigny en 1993, Alassane Ouattara refusa le verdict du Conseil constitutionnel, la plus haute institution d’un pays souverain, qui déclara Laurent Gbagbo vainqueur de l’élection présidentielle du 28/11/2010. La crise postélectorale déboucha en 2011 sur une véritable guerre qui n’a jamais dit son nom. Conformément aux prérogatives d’un État de droit, l’armée régulière, la gendarmerie et la police nationale ont été contraintes de défendre la République de Côte d’Ivoire agressée par les forces rebelles pro-Ouattara. Celles-ci, soutenues par l’armée française, la Licorne, et les forces de l’ONU en Côte d’Ivoire, l’ONUCI, ont de manière planifiée et systématique, assassiné, violé, torturé, mis au secret, emprisonné, contraint à l’exil, les collaborateurs du Président Gbagbo, les militants de son parti, et les groupes ethniques identifiés comme ses partisans. Si officiellement il y a eu plus de 3.000 morts, il importe de dire que la grande majorité des victimes sont à déplorer chez les Ivoiriens qui se reconnaissaient dans le Président Gbagbo.

Rechercher la vérité des faits, s’appuyer sur des travaux irréfutables, déconstruire le discours officiel relayé par des médias peu enclins au travail de recoupement des faits, informer l’opinion publique française sur la réalité de la société ivoirienne, son histoire, sa richesse, la dynamique au sein de ses différentes composantes sociologiques, linguistiques et culturelles, suivre le procès du Président Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la CPI (1), tels sont quelques uns des buts de l’association. Madame, Monsieur, en rejoignant CI RDV, prenez un rendez-vous avec l’histoire, car tôt ou tard, la Vérité triomphera. Vous souhaitez en savoir un peu plus, ou beaucoup plus ?

ci-rdv@orange.fr ; CI-RDV, c/o LDH Grenoble, Maison des Associations, 6, rue Berthe de Boissieux, 38000 Grenoble.

Partager cet article

commentaires

Gri-Gri TV