Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 15:30
#Sankara à #MichelDelpech / J'ai écouté Ce lundi-là, vous et moi menons le même combat ! (#JeSuisBurkinabé)

SOURCE

La voie d'un chanteur de variété est impénétrable. Michel Delpech en a fait l'insolite expérience avec Ce lundi-là, une chanson de 1975 - l'histoire de Jean-Pierre, ce père de famille qui, parti acheter des cigarettes, déserte le domicile familial : 

"Michelle aurait voulu le voir grandir dans l'entreprise / Mais lui ne se voyait pas finir ses jours au marketing / Avec dans son café les cours de la livre sterling / Et des enfants qui lui ressembleraient de plus en plus..."

Un soir, dans les années 1980, au sortir d'une douloureuse dépression, Michel Delpech reçoit un appel téléphonique. "Une voix m'annonce que Thomas Sankara, le président du Burkina Faso, veut me parler. Serait-ce une nouvelle plaisanterie d'Alain Chamfort ? Mais non. Sankara, le chef révolutionnaire, me dit : "J'ai écouté Ce lundi-là : vous et moi, nous menons le même combat." Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire, mais je n'ai pas moufté. Il a ajouté : 

Je souhaite organiser un spectacle à Ouagadougou. Je vous fais envoyer deux billets d'avion pour vous et votre épouse.

A notre arrivée, une chorale de jeunes filles chantait Pour un flirt. Sankara était un garçon magnifique, en treillis militaire, environné d'amazones. Quelques mois plus tard, on m'a rappelé en France, puis le ministre de la Culture du Burkina Faso est arrivé en taxi chez moi, officiellement, pour organiser ce fameux concert. Il est resté trois jours. Il passait des nuits blanches à regarder ma vidéothèque, les films de Rambo, etc. Puis il est reparti aussi vite qu'il était venu. Quelques mois plus tard, Sankara était assassiné..."

Michel Delpech  

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Devoir d'histoire Burkina Faso Francophonie
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV