Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 01:00
#ErreursDarbitrage / Messieurs les vidéomanes, allez vous faire... (#PlatiniOnAComprisQuiTuGênais #Rabiot #Aulas #PSG)

Juste pour taquiner : à part les enjeux financiers qu'est-ce qui rend les erreurs d'arbitrage dans le football (professionnel) si insupportables depuis quelques années ? Or les enjeux financiers concernent les... financiers. Ni les joueurs, ni le public. Juste les financiers et leurs amis médias, comme eux intéressés aux bénéfices.

L'erreur est par essence la dimension humaine du sport, comme le mauvais geste, comme les poteaux et le corps de l'arbitre, elle fait partie intégrante du jeu. Arbitre dont les erreurs correspondent aux erreurs tactiques des entraîneurs et techniques des joueurs : irremplaçables par la vidéo, ceux-ci commettent d'ailleurs bien plus de fautes, de tricheries et d'agressions que les arbitres - pour des salaires incomparables.

Le courroux financiaro-médiatique s'abat sur le plus économiquement faible du game : l'arbitre.

Et la meute embrigadée crache à la gueule de son semblable économique au profit exclusif des argentiers du foot et de la télé.

Alors comme ça, en 2016, au lendemain de PSG-Lyon, on accepterait l'injustice sociale, économique, politique mais une erreur d'appréciation de l'arbitre (dont les seules conséquences irréparables sont les pertes financières - éventuelles - d'Aulas) serait une injustice intolérable dans le football...

Et pour la vidéo dans le ski de fond, on se mobilise quand ?

On va faire comment pour trancher les litiges le dimanche matin pour mon petit Neymarien, parce que pour lui, y'aura pas de vidéo...football à combien de vitesses ?

Morale, éthique et philosophie du sport, écartez bien vos fesses, vlà la vidéo réparatrice !!!

Désolé, au lendemain de PSG-Lyon - et d'avance pour tous les PSG-Lyon des 2 000 prochaines années -, je ne vois TOUJOURS aucune raison de céder à des gens dont l'unique objectif en instaurant la vidéo n'est pas d'en finir avec l'arnaque ou l'injustice, d'améliorer, de fluidifier - la fin de la passe au goal a mille fois plus fait pour le jeu que la gold line.

Mais bien de pouvoir, sous prétexte de vérifier, saucissonner et encore plus sponsoriser le foot.

Chaque séquence de "vérification" (le beau terme soviétisant à souhait) sera dûment lardée de commercials, de produits placés, de marques tatouées un peu partout.

En finir avec la temporalité sacrée du football : nos 90 minutes deviendront les 6 heures du Superbowl...c'est tout. Avec une radasse le cul à l'air qui a capellera La Marseillaise comme Mariah Carey et des pom pom girls : y'a déjà du pop corn au Parc et on ne peut plus y fumer.

Cette rigolade : même la gold line met pas d'accord en 1 mn les commentateurs de Bein !!!

Les Cahiers du foot, qui étaient moins stals qu'on l'a dit, ajoutaient jadis un argument aussi fonctionnel que moral et éditorial : si la vidéo était instaurée, QUI filmerait ?

Si sur 7 angles différents, un contredit les six autres, qui va vérifier qu'on a bien vérifié ?

Que les journaleux développent (jusqu'à la propagande permanente) les arguments de leurs employeurs, je le comprends, mais que le public se laisse berner comme ça et obéisse, grogne où on lui dit de grogner.

Comme si dans sa chair il souffrait qu'un président de club perde (un peu de) son fric.

Faut voir l'air important, docte et pénétré que te prend monsieur tout le monde, le dimanche au stade à l'apéro ou sur les réseaux sociaux, quand il se met à jacter de ça. Pour te servir, au mot près et systématiquement, le discours rance, nauséabond des loufiats du Spectacle sportif. C'est plus possible, à notre époque, patati patata.

Clap clap.

Si j'étais complotiste - j'ai d'autres qualités -, je ne m'étonnerais guère de la récente tornade anti-Platini dans les instances dirigeants du football international. Loin de moi l'idée de le disculper, de rompre avec le dogme médiatique de sa présomption de culpabilité, mais la hâte avec laquelle le Board a profité de la chute de Saint Platoche, ultime adversaire absolu de la vidéo, pour accélérer le processus d'installation de celle-ci devrait faire réfléchir.

Le football n'était pas mieux avant. Mais demain, il sera vulgaire, dégueulasse et inhumain : américain.

TEXTE : GREGORY PROTCHE

Partager cet article

Published by Gri-Gri International Grégory Protche - dans Sports
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV