Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Le jour où le Gri-Gri censura Ezzat à cause de la petite bite de Sarkozy (#LeSalutDuDessinSatirique passeParlAfrique #MakingOf)

Publié le 3 Novembre 2015 par Gri-Gri International Grégory Protche Ezzat in Devoir d'histoire, Comptes à régler et compteurs à relever, Francophonie, Françafrique

Dessin trappé en 2007, quelques semaines avant la présidentielle française
Dessin trappé en 2007, quelques semaines avant la présidentielle française

J'ai pris la direction éditoriale du Gri-Gri International en 2006. Juste après la fuite de nos Blancs de gauche - qui emportèrent, ces ni collabos ni résistants, quand même, nos archives et nos fichiers d'abonnés, en nous traînant dans la boue dans tous les réseaux qui sont les leurs.
Il y avait alors pas mal de dessinateurs du Canard enchaîné et d'ailleurs qui, par amitié pour nos Blancs de gauche (et pour un peu de sous aussi), dessinaient dans le Gri-Gri. So chic.
Delambre, Jul, Wozzniak, Khalid Gueddar...

Les ni collabos ni résistants les emportèrent avec nos archives et fichiers. Ne restaient plus donc que les "dessinateurs et journalistes africains". Plus Jeanne Folly, Pascal Quehen et moi.

Parmi ceux-ci, deux s'imposaient naturellement : Waga et Pat Masioni. Waga en pure satirique.

Pat, plus en illustrateur, mais tout à fait disposé à déconner.

Qui a ramené ou trouvé Ezzat, je ne saurais le dire précisément.

Sans doute Michel Ongondou Loundah, vieux briscard de la satire, toujours un oeil ouvert.

Ce que je sais, c'est que et Pascal, le DA (directeur artistique), et moi, le DA (dictateur-adjoint), avions dorénavant une source de bonheur en plus lorsque nous recevions les dessins.

Auquel des trois commander le dessin de Une ?

Mettre en flottant Waga ou Pat ?

Fidéliser Ezzat au "Con de Blanc" Christian d'Alayer ou pas ?

Problèmes de riche qu'on souhaite à tous les rédacteurs en chef du monde.

Le fait est, et il est certainement l'heure de le confesser, qu'Ezzat est, à ma connaissance, le seul dessinateur satirique que le Gri-Gri International ait un jour censuré. Si, si. C'était en amont de la présidentielle française de 2007. Me sentant peu concerné, j'acceptais sans peine de suivre la ligne anti-Sarkozy prônée par notre fondateur bien aimé. Aussi enquillâmes-nous, sûrs de ne pas cogner un innocent, les textes et dessins désagréables à l'endroit et à l'envers du prédécesseur de Richard Attias dans le lite de Cécilia.

Autant Waga est "éditorialiste-dessinateur", autant Pat Masioni est fidèle au texte qu'il illustre, autant Ezzat, tout en étant fidèle au texte et éditorialiste, est en plus vicieux, coquin, en un mot, un peu obsédé sexuel ! Ce qui ne cessait de nous enchanter, Pascal et moi. Et me valait de recevoir des mails inquiets de Michel, plus pudibond que nous, demandant de bien vérifier qu'Ezzat n'allait pas trop loin... A chaque dessin un peu cul d'Ezzat, on envoyait les pdf à Michel pour relecture (il était le directeur de publication, celui à qui on fait les procès), en redoutant le refus de dernière minute, forcément casse-bonbons puisqu'obligeant à remaquetter une page...

Et puis un jour, c'est arrivé.

Michel en catastrophe au petit matin, qui me maile, me textote et m'appelle presque en même temps, pour me dire que le Ezzat avec Cecilia qui se moque de la petite bite de Sarkozy, c'est pas possible... Il était trop tard pour discuter, débattre et négocier.

On a fait sauter le dessin.

En trouvant que Michel avait tort, mais que comme c'était lui qui prenait les risques judiciaires...

Tant que le forfait d'Ezzat n'en souffrait pas.

Ce qui fait donc à Ezzat un ultime titre de gloire.

Il aura réussi à se faire censurer par le Gri-Gri !!!

Texte - Grégory Protche

PS : c'est bien sûr pour toutes ces raisons, et quelques autres, qu'il nous a semblé évident de solliciter Ezzat au moment d'illustrer le J'accuse Ouattara 2 de Théophile Kouamouo.