Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 17:00
CPI ou CI pour Simone Gbagbo ? Son avocate dit tout
1) Pourquoi la CPI tient-elle tant à juger Mme Gbagbo, et surtout pourquoi Ouattara tient-il tant à ce qu'on la juge (et quand ? Sur quelles bases et quels faits ?) à Abidjan ? Que redoute Ouattara d'un procès Simone Gbagbo en C I ?

Le dossier ivoirien est certainement l'un des dossiers les plus importants pour la Procureure BENSOUDA. Il n'est donc pas étonnant que cette dernière souhaite faire juger la Première Dame devant la CPI. 
Pour ce qui est de la position de Monsieur OUATTARA, officiellement, elle est de dire que les juridictions ivoiriennes sont à même de juger la Première Dame, et ce d'autant qu'elle a été inculpée pour les "crimes de sang". 
Néanmoins, je pense qu'il est aussi évident que dans l'hypothèse où la Première Dame est transférée, il lui sera très difficile de s'opposer au transfert à la CPI des personnes de son camp voire de lui-même...

2) Mme Gbagbo a fait savoir par votre intermédiaire qu'elle préfèrerait être jugée à Abidjan...pourquoi ?

La Première Dame Simone GBAGBO préfère tout naturellement être jugée dans son pays. Tout le parcours de la Première Dame montre son attachement à la souveraineté de la Côte d'Ivoire, et au respect de ses institutions.
Elle souhaite donc être jugée par les siens, et chez elle.
Par ailleurs, s'il est vrai que bon nombre de critiques peuvent être émises sur la justice ivoirienne, que dire de la Procureur BENSOUDA qui en 4 ans n'a pas été capable de délivrer un seul mandat d'arrêt à l'encontre des personnes suspectées des graves massacres dans l'Ouest ? Ces personnes sont pourtant connues et leurs noms figurent dans bien des rapports des ONG, et des témoignages des rescapées. 
Il convient aussi de relever que les critiques que nous formulons quant au lien entre le politique et la justice en Côte d'Ivoire, ne sont pas totalement à écarter dans le fonctionnement même de la CPI. 
Je vous rappelle que les dispositions du Statut de Rome permettent au Conseil de Sécurité de suspendre des poursuites à l'égard d'une personne. 
Je vous rappelle encore que les victimes ne peuvent pas déposer plainte à la CPI. 
Que dire donc d'un système judiciaire international où les victimes ne peuvent déposer plainte, et où le Conseil de Sécurité des Nations Unies peut décider de façon discrétionnaire de faire poursuivre ou de faire suspendre les poursuites à l'encontre d'un individu?!  Le politique est donc là aussi bien présent. 
Dans ces conditions, autant se faire juger chez soi et par les siens.

3) Comment et où vit Mme Gbabo en ce moment ? Reçoit-elle comme son mari des visites "importantes" ? Quel est son état d'esprit ?

Madame GBAGBO est détenue à Abidjan. Je ne saurais néanmoins en dire davantage pour des raisons de sécurité.
Elle reçoit la visite de ses avocats et des membres de la famille.
Elle demeure dans un état d'esprit fort et combatif. 
Elle a le moral très haut.
Son entrée lors de l'audience des Assises est à son image: Forte, souriante, confiante pour l'avenir, et combative.

Partager cet article

commentaires

gba albert 01/06/2015 12:08

A l image de votre mari vous étés une grande dame. Toute l Afrique vous soutient et compte sur votre détermination.
Tenez bon la victoire est proche.

slaylabretonne 31/05/2015 13:51

Bravos ma première dame tien bon

Gri-Gri TV