Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 09:00
#Libye / Le président du Niger Issouffou accable lui aussi les occidentaux

SOURCE

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a accordé une interview à l'impayable mais très achetable Jeune Afrique, à lire dans l'édition n°2816-17 en kiosque du 28 décembre au 11 janvier.

Quatre ans après son arrivée au pouvoir, Mahamadou Issoufou est en première ligne sur le front de la lutte contre les groupes jihadistes au Sahel. Le chef de l’État sait bien qu'il doit chaque jour veiller à la sécurité du Niger, tout en maintenant un équilibre délicat entre le respect de la souveraineté de son pays et l'indispensable appui militaire français.

Mais sa grande inquiétude, c'est la situation en Libye. Et sur le sujet, il n'y va pas par quatre chemins. Il faut, dit-il, une nouvelle intervention militaire : "Les Occidentaux ne nous ont pas demandé notre avis avant de renverser Kadhafi en 2011. Mais mon opinion est claire : nous ne pouvons pas laisser la situation se dégrader indéfiniment. À trop hésiter, c'est tout le Sahel qui, dans quelques mois, risque de se transformer en chaudron."

Zaki ("le lion", en haoussa) n'a donc rien d'un fauve endormi, lui dont personne ne doute qu'il sera candidat à un – deuxième et dernier – mandat de cinq ans, en 2016. Et il n'a éludé aucune des questions de Jeune Afrique, ni sur la fuite à l'étranger d'Hama Amadou, l'ancien président de l'Assemblée nationale réfugié en France et recherché dans le cadre de l'affaire dite des "bébés volés" ("Ce monsieur a des problèmes avec la justice de son pays, pas avec moi"), ni sur l'accord signé avec Areva, ni même sur l'achat d'un avion présidentiel à 30 millions d'euros ("Pourquoi, chaque fois qu'un chef d'État africain achète un avion, faut-il qu'il y ait polémique ?", s'agace-t-il).

Mahamadou Issoufou sait qu'il a encore fort à faire et appelle ses concitoyens, en des termes finalement bien peu politiquement corrects, à une véritable "révolution culturelle" : "Il faut mettre les gens au travail, les rendre ponctuels et responsables, leur faire prendre conscience que la richesse vient de ce qu'ils sont susceptibles de produire par eux-mêmes et non de l'assistanat."

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Niger Politique Gos et Gars du moment
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV