Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 13:00
L'AFP enterre Gbagbo sous le pont Bouygues à péage Ouattara

La nuit est bien entamée mais ils sont des centaines à arpenter, infatigablement, le kilomètre et demi d'asphalte reliant le nord au sud d'Abidjan : le troisième pont, nécessité logistique et projet phare du président Ouattara, fait la fierté de son peuple.

Après avoir été celui du dernier président élu de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo.

Tous les âges sont représentés, les deux sexes sont de la partie. De rondes mamas en pagne marchent paisiblement tandis que des gaillards aux muscles saillants les croisent en footing. La jeunesse palabre à pas lents. La marmaille hurlante s'éparpille.

Tintin AFP au Congo d'Ivoire !

Les couples se prennent en photo un peu, beaucoup, passionnément. Les flashes crépitent dans la nuit, inlassablement.

Ils ont ajouté une option "écriture littéraire" à l'attribution des postes de l'AFP, c'est la seule explication.

Le troisième pont d'Abidjan, inauguré mardi en grande pompe par Alassane Ouattara, est considéré comme la réalisation marquante de son mandat. Après une journée portes ouvertes samedi, il entrera officiellement en fonction dimanche.

Un mensonge ne s'avère pas en se répétant : qu'ADO l'attardé le présente comme sien, ça le regarde, mais un journaliste de l'AFP, même pas informé, juste honnête, sait que Laurent Gbagbo aurait du logiquement inaugurer ce pont qui lui doit tant.

Censé fluidifier la circulation d'une ville invivable aux heures de pointe, l'ouvrage lui sert d'argument massue pour soutenir sa candidature à la présidentielle d'octobre 2015, dont il est le grand favori.

Voilà... on y est : le suppositoire est passé : le vrai mobile de cet article criminel contre l'intelligence : annoncé que non seulement Ouattara sera candidat en 2015, mais qu'il est d'ores et déjà grande favori. Donc qu'il a gagné.

Le chantier colossal, d'un coût de 270 millions d'euros, a duré plus de deux ans et remodèle substantiellement "la perle des lagunes". Ses habitants s'approprient déjà le pont "Henri Konan Bédié" - du nom de l'ex-président et principal allié de M. Ouattara -, qu'ils n'évoquent pas sans superlatif. "C'est un bijou", s'enthousiasme Evra Besseko, un couturier de 27 ans après une séance de saut à la corde devant les guérites du péage pour l'instant fermé à la circulation. "Je suis venu admirer sa beauté." "C'est la merveille d'Abidjan", affirme Alexis Kouakou, 34 ans, portant casque et gilet orange. Lui a passé plus d'un an à façonner le béton nécessaire à l'ouvrage, dont il vend aux chalands des photos aériennes, empruntées sur internet. "C'est le plus grand projet de Côte d'Ivoire de tous les temps", assure-t-il. Arsène Chala, 42 ans, et sa compagne Augusta Atta, 27, sont venus promener leur petit Dylan, 18 mois, qui gambade timidement, quand ils ne le portent pas, pour "immortaliser l'évènement". Le couple vit dans un quartier éloigné et ne possède pas de voiture. Il ne l'empruntera donc pas. "Mais il valait mieux venir le voir que de se le faire raconter par d'autres", sourit M. Chala.

Le micro-trottoir - ou le papier truffé de "sonores", qui ne prouvent ou ne valident rien d'autre que la faculté du journaliste à les retranscrire ou à les écrire, tant elles sont sans intérêt et ne disent rien. Mais toujours rien au sujet du fait qu'à plusieurs reprises Laurent Gbagbo a sauvé ce pont... a ramené la Côte d'Ivoire au stade requis par le FMI, condition sine qua none à la reprise des travaux pour Bouygues, entreprise vertueuse bien connue. Et ne se montrera pas opposé à l'entrée en jeu d'un opérateur chinois permettant de substancielles économies, elles-même permettant, à la satisfaction de Gbagbo, d'épargner aux automobilistes abidjanais un péage.

"On est très agréablement surpris" par "le lien affectif" unissant la population à l'ouvrage, commente le ministre des Infrastructures Patrick Achi. "Les gens veulent voir l'espoir dans quelque chose de palpable, de concret", analyse-t-il. Le pont, prolongé par un kilomètre d'asphalte, que ponctue un échangeur vertigineux - "à l'américaine", selon Martin Bouygues, PDG de l'entreprise éponyme ayant réalisé les travaux -, incarne cet espoir.

Exit l'opérateur chinois. Exit le bureau d'études ivoirien dirigé par le ministre de Gbagbo Ahou Don Mello, plus qu'impliqué dans la conception et la direction du projet. Exit même l'ancien président Henri Konan Bédié, dont le pont porte finalement le nom en compensation(s) politique(s), sous le mandat duquel le projet fut initié.

Et le ministre de rappeler : "on est sorti il y a à peine trois ans d'une crise grave", en référence aux violences postélectorales ayant embrasé le pays, faisant plus de 3.000 morts en cinq mois.

Toujours aucune source pour ces 3 000 morts. Novlangue, novlangue.

L'état de grâce du pont pourrait toutefois être bref. Depuis des semaines, la population dénonce son caractère payant, craignant qu'il ne soit réservé qu'aux "riches" en mesure de s'acquitter du péage.

Ah, on y vient...

La construction s'est faite via un partenariat public-privé, "avec un emprunt à rembourser", justifie Patrick Achi, pour qui une formule "intelligente" doit être trouvée.

On voit la viabilité du projet : un emprunt à rembourser selon une formule intelligente à trouver. Quand on songe à ce que le pont avait déjà coûté... on se dit qu'ils sont nombreux ceux qui depuis 2011, et le come back de Bouygues, ont du en profiter.

Le péage devrait coûter entre 500 et 1.000 francs CFA (entre 76 cts et 1,52 euros), estime le ministre. Un montant compensant selon lui largement le prix du carburant que consommerait un conducteur choisissant de ne pas utiliser le pont, pour s'enferrer dans des embouteillages.

Ne serait-ce pas là une des possibilités définitions du chantage ? La bourse ou ta vie dans les embouteillages !

Gratuite jusqu'au 1er janvier, sa traversée deviendra payante le 2. Si un usager doit payer 1.500 FCFA (2,3 euros) aller-retour par jour, cela fait 45.000 FCFA (69 euros) à la fin du mois, calcule Evra Besseko. "Et ça, ça ne rentre pas dans le budget de beaucoup de monde", lance le couturier.

Attention, roulements de tambour, l'ultime phrase de ce résidu d'article de candide publi-rédactionnel, contient, peut-être, la seule information de l'ensemble :

En Côte d'Ivoire, le salaire minimum est de 60.000 FCFA (91 euros) mensuels.

Plus que jamais la question de l'utilité de l'AFP en Afrique se pose. Depuis le temps qu'il ne s'agit plus pour l'officine gauloise que de désinformer, tronquer, parasiter, s'ingérer, mentir, réécrire, nier, omettre...

Texte / AFP (feat.G.P.)

Source

Partager cet article

commentaires

okou 25/12/2014 16:17

rån: Jean Claude Okou (58jeanclaude@hotmail.se)
Bonjour Camarades!

-Du Comite Central ;
-Comité de control;
-Répresentants ;
-Coordinations ; Militantes ;
-Militants ´;
-Sympatisants et
-Sympatisantes de NOTRE FPI du President LAURENT GBAGBO,

-Je voudrais à mon nom personnel.
-En ma qualitée de militant et membre statutaire de NOTRE FPI.
-vous communiquer ma position vis à vis de la situation actuelle que vie NOTRE FPI.
-Et je cite qu ´ à compter depuis la date de l´assignation en justicede notre organe supreme de décisions
-LE COMITÉ de COTROL
-L´ancien camarade Affi N´guessan et toute sa bande desuiveurs sans morale, ne font plus partis de NOTRE FPI.
-Affi nous a dit ici clairement à la Face du monde entier à travers sa conference de presse que lui Affi ira jusqu'au bout.
-Qu'il ne lachera rien alors:
-La confiance n'existe plus désormais entre nous.
-Il peut Aller créer son parti moderé .
-Affi est et restera un albinos qui n'a Jamais réconnu son bienfaiteur.

-C'est fini la ligne rouge a étée dépassée dites lui et Amani que Okou:
-precisement celui de la Scandinavie-Suède que vous connaissez très très bien vous informe que vous tous qui avez osé trainer NOTRE FPI et son père Fondateur son Excellence le president LAURENT GBAGBO.
-Dans la boue pour le plaisir de nos énnemis d'hier et de toujours.
-Vous qui avez défiez et piétinez les décisions prises démocratiquement, en assemblée génerale sous la direction de notre -Comité Central .

-Vous n'avez plus votre place dans la marre FpI. créé par LAURENT GBAGBO et ses camarades aux prix de leur vie pour notre libertée et notre indépendance vraie.

-Il n'est plus question de révenir en arrière. On entend plus rien de vous.
-Nous allons Aller au congrès tot ou tard.
-Vous Allez nous rendre compte de votre mandat et Celui de la situation finacière des 13.années passée à la tete du fpi.
-Aurevoir et sachez bien,toi et tes suivers que nous sommes désormais des adversaires politiques.
Parent sûr!
Recevez ma fraternitée .

Dépuis la Scandinavie -Suède.
-Okou.
-Répresentant FPI en Scandinavie-Suède.
-DDC -LMP.
-De la Scandinavie-Suède.
NB:
J´ai SIGNÉ VOLONTIER LA PÉTITION DU SOUTIEN DE LA CANDIDATURE DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO
ET LA RADIATION DE L`ANCIEN CAMARADE
-PASCAL AFFI N`GUESSAN ET TOUTE SA BANDE DE NOTRE DINGNE PATI, NOTRE FPI.
NB:
JE NE TROUVE PLUS NORMAL QUE NOUS RESTIONS nous restions passifs vis à des deffiances d`affi.
je pense que vous avez lu ce_ci!

-Le président sortant du Front populaire Ivoirien, Pascal Affi N’guessan qui a décidé depuis quelques semaines,
d’exclure la contradiction au sein du parti qui a
mené une longue lutte pour les libertés, s’apprête à frapper un grand coup. Selon des sources proches de l’ex-premier ministre de Gbagbo, exacerbé par les contradictions à n’enpoint finir au sein du parti et qu’il dirige depuis 13 ans, aurait décidé de réaliser une véritable OPA sur le parti
fondé par Laurent Gbagbo.Et pour y parvenir, l’actuel premier responsable du FPI envisage la mise sur pied d’un nouveau secrétariat national

qui exclurait tous ceux qui « l’empêchent » de se rapprocher davantage du régime actuel et de s’illustrer en
opposition de façade. Ainsi, envisaget- il de nommer les membres de sa direction de campagne, notamment,
Marcel Gossio, Abouo Ndori et autres qui lui permettront d’avoir une emprise sur le parti. Et il continuera de
bloquer soit par voie judiciaire soit par l’utilisation de l’armée, toutes les décisions de l’autre tendance du parti
qui a choisi l’option de fidélité à l’égard de Laurent Gbagbo, nonobstant son incarcération injuste à la prison de La Haye.

Toujours selon des indiscrétions des partisans d’Affi
N’Guessan, cette prise en otage du parti leader de l’opposition devrait durer le temps d’aller aux élections
générales de 2015. C’est, en tout cas, la stratégie mise en place par Affi N’Guessan pour espérer avoir le dessus
dans le conflit de leadership qui l’oppose à ses anciens camarades du parti. Affi N’Guessan est président du
Front Populaire Ivoirien depuis plus d’une décennie. Il a été nommé premier ministre par le Président Laurent
Gbagbo dès son accession au pouvoir en 2000 avant d’être débarqué en 2003 suite à l’Accord politique de Marcoussis dont il est l’un des principaux signataires. Jusque là, il
était en phase avec les militants du Front populaire Ivoirien et des partisans de Laurent Gbagbo quand, en
mai 2014, il procède à un large réaménagement
du secrétariat général du parti ; ouvrant ainsi la boite de
pandore de la guerre de positionnement interne. Il est notamment accusé de vouloir tourner la page Gbagbo afin d’écrire la sienne propre.Exercice plutôt difficile surtout qu’il lui est quasiment impossible, dans cette posture, d’asseoir une légitimité

face à des partisans de Laurent Gbagbo qu’ils ne cessent d’irriter chaque jour par ses décisions qui
contrarient la ligne idéologique du parti mais qui est désormais en phase avec le pouvoir d’Abidjan.
Parmi ces actes, l’assignation en justice du Comité de Contrôle de ce parti en vue de l’annulation de la candidature
de Laurent Gbagbo à la présidence du Front Populaire Ivoirien qu’il a mis sur les fonts baptismaux.
On peut aussi citer la fermeture momentanée
du siège du parti aux militants, qui ne doivent plus, dans son
entendement, se retrouver librement en ces lieux, alors que lui, se donne le droit de le faire avec le concours de la
police nationale. Hier notamment, sur la chaine de télévision Camerounaise « VOX AFRICA », M Pascal AffiNguessan a déclaré : « Laurent GBAGBO n’est pas un préalable à la
réconciliation nationale… au FPI, nous ne faisons pas de culte de personnalité ».

Une façon pour lui de vouloir définitivement tourner la
page Gbagbo. C’est le sort que le pouvoir ivoirien attend réserver à la principale force politique de l’opposition
du pays, après avoir déporté ses deux leaders charismatiques à savoir Laurent Gbagbo et Blé Goudé à la Cour
Pénale Internationale, tout en continuant de tenir au secret Simone Gbagbo et de milliers de partisans de
Gbagbo dont des centaines d’étudiants dans les goulags ivoiriens.
Pendant combien de temps durera cette situation?

okou 25/12/2014 16:14

rån: Jean Claude Okou (58jeanclaude@hotmail.se)

Bonjour Camarades!

-Du Comite Central ;
-Comité de control;
-Répresentants ;
-Coordinations ; Militantes ;
-Militants ´;
-Sympatisants et
-Sympatisantes de NOTRE FPI du President LAURENT GBAGBO,

-Je voudrais à mon nom personnel.
-En ma qualitée de militant et membre statutaire de NOTRE FPI.
-vous communiquer ma position vis à vis de la situation actuelle que vie NOTRE FPI.
-Et je cite qu ´ à compter depuis la date de l´assignation en justicede notre organe supreme de décisions
-LE COMITÉ de COTROL
-L´ancien camarade Affi N´guessan et toute sa bande desuiveurs sans morale, ne font plus partis de NOTRE FPI.
-Affi nous a dit ici clairement à la Face du monde entier à travers sa conference de presse que lui Affi ira jusqu'au bout.
-Qu'il ne lachera rien alors:
-La confiance n'existe plus désormais entre nous.
-Il peut Aller créer son parti moderé .
-Affi est et restera un albinos qui n'a Jamais réconnu son bienfaiteur.

-C'est fini la ligne rouge a étée dépassée dites lui et Amani que Okou:
-precisement celui de la Scandinavie-Suède que vous connaissez très très bien vous informe que vous tous qui avez osé trainer NOTRE FPI et son père Fondateur son Excellence le president LAURENT GBAGBO.
-Dans la boue pour le plaisir de nos énnemis d'hier et de toujours.
-Vous qui avez défiez et piétinez les décisions prises démocratiquement, en assemblée génerale sous la direction de notre -Comité Central .

-Vous n'avez plus votre place dans la marre FpI. créé par LAURENT GBAGBO et ses camarades aux prix de leur vie pour notre libertée et notre indépendance vraie.

-Il n'est plus question de révenir en arrière. On entend plus rien de vous.
-Nous allons Aller au congrès tot ou tard.
-Vous Allez nous rendre compte de votre mandat et Celui de la situation finacière des 13.années passée à la tete du fpi.
-Aurevoir et sachez bien,toi et tes suivers que nous sommes désormais des adversaires politiques.
Parent sûr!
Recevez ma fraternitée .

Dépuis la Scandinavie -Suède.
-Okou.
-Répresentant FPI en Scandinavie-Suède.
-DDC -LMP.
-De la Scandinavie-Suède.
NB:
J´ai SIGNÉ VOLONTIER LA PÉTITION DU SOUTIEN DE LA CANDIDATURE DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO
ET LA RADIATION DE L`ANCIEN CAMARADE
-PASCAL AFFI N`GUESSAN ET TOUTE SA BANDE DE NOTRE DINGNE PATI, NOTRE FPI.
NB:
JE NE TROUVE PLUS NORMAL QUE NOUS RESTIONS nous restions passifs vis à des deffiances d`affi.
je pense que vous avez lu ce_ci!

-Le président sortant du Front populaire Ivoirien, Pascal Affi N’guessan qui a décidé depuis quelques semaines,
d’exclure la contradiction au sein du parti qui a
mené une longue lutte pour les libertés, s’apprête à frapper un grand coup. Selon des sources proches de l’ex-premier ministre de Gbagbo, exacerbé par les contradictions à n’enpoint finir au sein du parti et qu’il dirige depuis 13 ans, aurait décidé de réaliser une véritable OPA sur le parti
fondé par Laurent Gbagbo.Et pour y parvenir, l’actuel premier responsable du FPI envisage la mise sur pied d’un nouveau secrétariat national

qui exclurait tous ceux qui « l’empêchent » de se rapprocher davantage du régime actuel et de s’illustrer en
opposition de façade. Ainsi, envisaget- il de nommer les membres de sa direction de campagne, notamment,
Marcel Gossio, Abouo Ndori et autres qui lui permettront d’avoir une emprise sur le parti. Et il continuera de
bloquer soit par voie judiciaire soit par l’utilisation de l’armée, toutes les décisions de l’autre tendance du parti
qui a choisi l’option de fidélité à l’égard de Laurent Gbagbo, nonobstant son incarcération injuste à la prison de La Haye.

Toujours selon des indiscrétions des partisans d’Affi
N’Guessan, cette prise en otage du parti leader de l’opposition devrait durer le temps d’aller aux élections
générales de 2015. C’est, en tout cas, la stratégie mise en place par Affi N’Guessan pour espérer avoir le dessus
dans le conflit de leadership qui l’oppose à ses anciens camarades du parti. Affi N’Guessan est président du
Front Populaire Ivoirien depuis plus d’une décennie. Il a été nommé premier ministre par le Président Laurent
Gbagbo dès son accession au pouvoir en 2000 avant d’être débarqué en 2003 suite à l’Accord politique de Marcoussis dont il est l’un des principaux signataires. Jusque là, il
était en phase avec les militants du Front populaire Ivoirien et des partisans de Laurent Gbagbo quand, en
mai 2014, il procède à un large réaménagement
du secrétariat général du parti ; ouvrant ainsi la boite de
pandore de la guerre de positionnement interne. Il est notamment accusé de vouloir tourner la page Gbagbo afin d’écrire la sienne propre.Exercice plutôt difficile surtout qu’il lui est quasiment impossible, dans cette posture, d’asseoir une légitimité

face à des partisans de Laurent Gbagbo qu’ils ne cessent d’irriter chaque jour par ses décisions qui
contrarient la ligne idéologique du parti mais qui est désormais en phase avec le pouvoir d’Abidjan.
Parmi ces actes, l’assignation en justice du Comité de Contrôle de ce parti en vue de l’annulation de la candidature
de Laurent Gbagbo à la présidence du Front Populaire Ivoirien qu’il a mis sur les fonts baptismaux.
On peut aussi citer la fermeture momentanée
du siège du parti aux militants, qui ne doivent plus, dans son
entendement, se retrouver librement en ces lieux, alors que lui, se donne le droit de le faire avec le concours de la
police nationale. Hier notamment, sur la chaine de télévision Camerounaise « VOX AFRICA », M Pascal AffiNguessan a déclaré : « Laurent GBAGBO n’est pas un préalable à la
réconciliation nationale… au FPI, nous ne faisons pas de culte de personnalité ».

Une façon pour lui de vouloir définitivement tourner la
page Gbagbo. C’est le sort que le pouvoir ivoirien attend réserver à la principale force politique de l’opposition
du pays, après avoir déporté ses deux leaders charismatiques à savoir Laurent Gbagbo et Blé Goudé à la Cour
Pénale Internationale, tout en continuant de tenir au secret Simone Gbagbo et de milliers de partisans de
Gbagbo dont des centaines d’étudiants dans les goulags ivoiriens.
Pendant combien de temps durera cette situation?

okou 25/12/2014 16:13

rån: Jean Claude Okou (58jeanclaude@hotmail.se)
Skickat: den 22 december 2014 14:36:49
Till: ressourcespme69@gmail.com (ressourcespme69@gmail.com)
Bonjour Camarades!

-Du Comite Central ;
-Comité de control;
-Répresentants ;
-Coordinations ; Militantes ;
-Militants ´;
-Sympatisants et
-Sympatisantes de NOTRE FPI du President LAURENT GBAGBO,

-Je voudrais à mon nom personnel.
-En ma qualitée de militant et membre statutaire de NOTRE FPI.
-vous communiquer ma position vis à vis de la situation actuelle que vie NOTRE FPI.
-Et je cite qu ´ à compter depuis la date de l´assignation en justicede notre organe supreme de décisions
-LE COMITÉ de COTROL
-L´ancien camarade Affi N´guessan et toute sa bande desuiveurs sans morale, ne font plus partis de NOTRE FPI.
-Affi nous a dit ici clairement à la Face du monde entier à travers sa conference de presse que lui Affi ira jusqu'au bout.
-Qu'il ne lachera rien alors:
-La confiance n'existe plus désormais entre nous.
-Il peut Aller créer son parti moderé .
-Affi est et restera un albinos qui n'a Jamais réconnu son bienfaiteur.

-C'est fini la ligne rouge a étée dépassée dites lui et Amani que Okou:
-precisement celui de la Scandinavie-Suède que vous connaissez très très bien vous informe que vous tous qui avez osé trainer NOTRE FPI et son père Fondateur son Excellence le president LAURENT GBAGBO.
-Dans la boue pour le plaisir de nos énnemis d'hier et de toujours.
-Vous qui avez défiez et piétinez les décisions prises démocratiquement, en assemblée génerale sous la direction de notre -Comité Central .

-Vous n'avez plus votre place dans la marre FpI. créé par LAURENT GBAGBO et ses camarades aux prix de leur vie pour notre libertée et notre indépendance vraie.

-Il n'est plus question de révenir en arrière. On entend plus rien de vous.
-Nous allons Aller au congrès tot ou tard.
-Vous Allez nous rendre compte de votre mandat et Celui de la situation finacière des 13.années passée à la tete du fpi.
-Aurevoir et sachez bien,toi et tes suivers que nous sommes désormais des adversaires politiques.
Parent sûr!
Recevez ma fraternitée .

Dépuis la Scandinavie -Suède.
-Okou.
-Répresentant FPI en Scandinavie-Suède.
-DDC -LMP.
-De la Scandinavie-Suède.
NB:
J´ai SIGNÉ VOLONTIER LA PÉTITION DU SOUTIEN DE LA CANDIDATURE DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO
ET LA RADIATION DE L`ANCIEN CAMARADE
-PASCAL AFFI N`GUESSAN ET TOUTE SA BANDE DE NOTRE DINGNE PATI, NOTRE FPI.
NB:
JE NE TROUVE PLUS NORMAL QUE NOUS RESTIONS nous restions passifs vis à des deffiances d`affi.
je pense que vous avez lu ce_ci!

-Le président sortant du Front populaire Ivoirien, Pascal Affi N’guessan qui a décidé depuis quelques semaines,
d’exclure la contradiction au sein du parti qui a
mené une longue lutte pour les libertés, s’apprête à frapper un grand coup. Selon des sources proches de l’ex-premier ministre de Gbagbo, exacerbé par les contradictions à n’enpoint finir au sein du parti et qu’il dirige depuis 13 ans, aurait décidé de réaliser une véritable OPA sur le parti
fondé par Laurent Gbagbo.Et pour y parvenir, l’actuel premier responsable du FPI envisage la mise sur pied d’un nouveau secrétariat national

qui exclurait tous ceux qui « l’empêchent » de se rapprocher davantage du régime actuel et de s’illustrer en
opposition de façade. Ainsi, envisaget- il de nommer les membres de sa direction de campagne, notamment,
Marcel Gossio, Abouo Ndori et autres qui lui permettront d’avoir une emprise sur le parti. Et il continuera de
bloquer soit par voie judiciaire soit par l’utilisation de l’armée, toutes les décisions de l’autre tendance du parti
qui a choisi l’option de fidélité à l’égard de Laurent Gbagbo, nonobstant son incarcération injuste à la prison de La Haye.

Toujours selon des indiscrétions des partisans d’Affi
N’Guessan, cette prise en otage du parti leader de l’opposition devrait durer le temps d’aller aux élections
générales de 2015. C’est, en tout cas, la stratégie mise en place par Affi N’Guessan pour espérer avoir le dessus
dans le conflit de leadership qui l’oppose à ses anciens camarades du parti. Affi N’Guessan est président du
Front Populaire Ivoirien depuis plus d’une décennie. Il a été nommé premier ministre par le Président Laurent
Gbagbo dès son accession au pouvoir en 2000 avant d’être débarqué en 2003 suite à l’Accord politique de Marcoussis dont il est l’un des principaux signataires. Jusque là, il
était en phase avec les militants du Front populaire Ivoirien et des partisans de Laurent Gbagbo quand, en
mai 2014, il procède à un large réaménagement
du secrétariat général du parti ; ouvrant ainsi la boite de
pandore de la guerre de positionnement interne. Il est notamment accusé de vouloir tourner la page Gbagbo afin d’écrire la sienne propre.Exercice plutôt difficile surtout qu’il lui est quasiment impossible, dans cette posture, d’asseoir une légitimité

face à des partisans de Laurent Gbagbo qu’ils ne cessent d’irriter chaque jour par ses décisions qui
contrarient la ligne idéologique du parti mais qui est désormais en phase avec le pouvoir d’Abidjan.
Parmi ces actes, l’assignation en justice du Comité de Contrôle de ce parti en vue de l’annulation de la candidature
de Laurent Gbagbo à la présidence du Front Populaire Ivoirien qu’il a mis sur les fonts baptismaux.
On peut aussi citer la fermeture momentanée
du siège du parti aux militants, qui ne doivent plus, dans son
entendement, se retrouver librement en ces lieux, alors que lui, se donne le droit de le faire avec le concours de la
police nationale. Hier notamment, sur la chaine de télévision Camerounaise « VOX AFRICA », M Pascal AffiNguessan a déclaré : « Laurent GBAGBO n’est pas un préalable à la
réconciliation nationale… au FPI, nous ne faisons pas de culte de personnalité ».

Une façon pour lui de vouloir définitivement tourner la
page Gbagbo. C’est le sort que le pouvoir ivoirien attend réserver à la principale force politique de l’opposition
du pays, après avoir déporté ses deux leaders charismatiques à savoir Laurent Gbagbo et Blé Goudé à la Cour
Pénale Internationale, tout en continuant de tenir au secret Simone Gbagbo et de milliers de partisans de
Gbagbo dont des centaines d’étudiants dans les goulags ivoiriens.
Pendant combien de temps durera cette situation?

Gri-Gri TV