Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:59
Acte II : la classe moyenne africaine, c'est un peu du pipeau...

La titraille est de la rédaction

SOURCE

[Africa Diligence] L’émergence des classes moyennes en Afrique, au sens utilisé dans les pays du Nord, est un thème récent. Mais le succès de la formule est à la hauteur de l’espoir de changement qu’elle reflète. La réalité couverte est pourtant loin d’être précise et indiscutable. Pépites et pipeaux des classes moyennes en Afrique : les clés pour comprendre.

Lancée en 2010 par un bureau international d’études et d’organisation, l’idée de l’émergence d’une classe moyenne africaine s’est surtout répandue à la suite du Rapport publié par la Banque Africaine de Développement (BAD) en 2011. Selon la définition retenue par ces institutions, les classes moyennes engloberaient en Afrique toutes les personnes au revenu quotidien compris entre 2 et 20 dollars US par jour (en parité de pouvoir d’achat), et capables, après la couverture de leurs besoins incompressibles, d’affecter le solde de leur revenu à des consommations librement choisies. Elles compteraient en 2012 environ 300 millions d’individus.

La portée psychologique de cette annonce est forte. Elle montre un des premiers effets positifs concrets de la croissance économique ininterrompue de l’Afrique depuis près de 15 ans : cette dernière n’est plus seulement un continent d’assistés, porté à bout de bras par des donateurs ou des prêteurs, mais aussi un réservoir de consommateurs pour les entreprises, étrangères ou locales, des secteurs de l’industrie, des services et de la grande distribution.

Pour les grands bailleurs comme la BAD, ce constat est aussi le signe que les options prises depuis quelques années à travers des politiques visant la transformation structurelle de l’Afrique et la réduction de la pauvreté commencent à porter leurs fruits. La poursuite attendue de la croissance et la forte expansion démographique dans les trente prochaines années complèteraient le tableau pour en faire une parfaite invitation à investir.

Un optimisme à relativiser

Une analyse plus fine relativise pourtant cette analyse optimiste. Un revenu quotidien de 2 dollars représente par exemple aujourd’hui à Bamako ou Abidjan un revenu mensuel d’environ 30.000 francs CFA (45,60 euros). Ce montant correspond approximativement au Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) en vigueur au Mali. Dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), ces niveaux de rémunération sont en moyenne ceux de salariés urbains de catégories modestes (employés de maison peu qualifiés, ouvriers du bâtiment…).

En l’absence de compléments liés à une seconde activité, ce revenu ne permet en aucune façon aux personnes concernées, soumises par ailleurs aux coûts élevés des familles élargies, de consacrer leurs disponibilités à d’autres affectations que la nourriture ou le loyer de l’habitation, qui ne sont sans doute même pas entièrement satisfaites. Avec un revenu double de ce minimum, qui correspond donc au montant du nouveau SMIG ivoirien ou au salaire de beaucoup de fonctionnaires débutants, la contrainte se desserre à peine dans les pays où le coût de la vie n’est pas le plus élevé. Le respect effectif de ce minimum officiel semble d’ailleurs jusqu’ici difficilement appliqué par nombre d’entreprises.

La fourchette haute retenue pour la définition des classes moyennes, soit la contrevaleur d’environ 300.000 Francs CFA (456 euros) par mois ou 7.200 dollars par an, permet cette fois d’incorporer dans les dépenses mensuelles de nouveaux postes budgétaires, tels notamment la santé, les frais scolaires, les biens d’équipement ménager et le moyen de déplacement. En particulier, l’achat d’une voiture (d’occasion) est généralement faisable à ce niveau de rémunération et peut sans doute être considéré comme un seuil essentiel.

Des populations minoritaires

En revanche, les populations concernées sont très minoritaires. De plus, l’achat d’un logement demeure exclu à ce niveau : en effet, si les prêts immobiliers d’une durée supérieure à 10 ans deviennent courants, les taux d’intérêt pratiqués, très souvent supérieurs à 8 %, et le coût élevé des terrains et des constructions exigent pour l’octroi d’un prêt bancaire des revenus familiaux sensiblement supérieurs sauf en cas d’auto-construction. L’exemple de pays hors zone franc ne conduit pas à des conclusions différentes.

Les statistiques de la Banque Mondiale de revenu moyen annuel par habitant (en parités de pouvoirs d’achat) sur la période 2009-2013 donnent en effet une fourchette de 910 (Niger) à 2.900 (Côte d’Ivoire) dollars US pour l’UEMOA, mais aussi d’environ 2.250 dollars US pour le Kenya et 5.400 dollars US pour le Nigéria.

Le choix de seuils financiers modestes était sans doute le seul cohérent avec la volonté de donner à cette classe moyenne une masse significative, pour frapper les esprits. Il parait cependant manquer de réalisme à court terme. Une étude publiée en août 2013 par la banque sud-africaine Stanbic le confirme, puisque cette institution retient pour les classes moyennes une rémunération annuelle par ménage comprise entre 4.500 et 42.000 dollars US, soit une moyenne 6 fois plus élevée que la précédente, et arrive bien sûr à une population nettement moins nombreuse. Malgré cette restriction quantitative, l’importance de cette classification apparait fondée dès lors que diverses données sont bien prises en compte.

L’essor des classes moyennes permet d’imaginer les changements attendus de la croissance, et les nouvelles opportunités d’investissement qui en résultent dans de nombreux secteurs. Le revenu moyen par tête a en effet considérablement augmenté sur les trente dernières années, parfois en décuplant dans certains pays, et tout laisse à penser que cette poussée va s’accélérer.

Dans cette évolution, les nouvelles classes moyennes ne possèdent cependant pas l’homogénéité de leurs homologues européens en termes de modes de vie et de consommation, d’aspirations, ou d’origine professionnelle, ni même celle des classes moyennes des pays africains dans les années 1970, alors essentiellement composées des cadres de l’administration et des sociétés d’État.

Une grande disparité

Elles sont aujourd’hui plus disparates, et probablement constituées surtout d’entrepreneurs du secteur informel. Il est donc nécessaire et urgent de préciser les catégories visées et leurs caractéristiques, de mieux cerner leurs demandes réelles, de connaitre leurs contraintes et de réinventer la manière de les servir. Le placage en Afrique d’analyses issues des expériences européennes risquerait de ne pas insuffler tous les impacts positifs possibles, tant pour les économies que pour les populations.

Une autre caractéristique majeure est la forte variation selon les pays de la présence significative de ces classes moyennes consommatrices. Celle-ci est d’ailleurs souvent en corrélation directe avec le niveau de développement des économies concernées et, surtout, de la transformation structurelle des environnements nationaux. La force de l’urbanisation, un début d’industrialisation, la présence marquée de grandes entreprises internationales sont en particulier un soubassement décisif pour la consolidation et l’homogénéisation des catégories visées.

Celles-ci se concentrent aussi surtout dans les capitales, au moins pour les pays subsahariens avec quelques exceptions comme l’Afrique du Sud et le Nigéria. Cette disparité entre nations pourrait s’accentuer à l’avenir par suite de l’élargissement probable des écarts de croissance entre celles qui engageront les mutations sociétales souhaitables et celles où la pesanteur sociale sera plus forte que la volonté de changement.

L’effet favorable sur l’économie de la hausse des revenus distribués sera en outre d’autant plus notable que sera prise en charge par d’autres acteurs la couverture de dépenses sociales, notamment de santé, qui seraient autrement la destination première des augmentations de rémunérations constatées.

Du côté de l’État, la mise en place d’une assurance santé efficace, la construction de centres de soins bien équipés et ouverts à tous à des conditions financières avantageuses concourront donc directement à alléger certaines charges des individus et à libérer à due conséquence leurs moyens financiers, pour les biens d’équipement ou l’habitat par exemple, fournies par le secteur marchand.

Du côté des entreprises, et en particulier des filiales des compagnies internationales, des avancées sont envisageables dans le cadre de la politique de Responsabilité Environnementale et Sociale (RES) à laquelle adhèrent de plus en plus de groupes : le développement des systèmes d’assurance complémentaire ou les mutuelles de santé apporteraient une contribution de même nature.

Enfin, l’impact de la montée en puissance des classes moyennes sera d’autant plus facilement ressenti sur l’économie que celles-ci trouveront à leur disposition des moyens de financement bien adaptés. Les institutions financières, et en premier lieu les banques, ont donc un rôle clé. L’élargissement de la bancarisation, la baisse des taux d’intérêt, l’inventivité des types de garanties jugés acceptables par les prêteurs, la diversification des produits offerts aux emprunteurs seront des éléments importants pour épauler la hausse régulière des rémunérations.

Cette évolution est surtout nécessaire pour l’immobilier où l’allongement des concours rend les coûts insupportables lorsque les taux d’intérêt demeurent élevés. Elle est aussi indispensable pour les entrepreneurs informels, qui devraient constituer une bonne part de ces nouvelles classes moyennes, afin qu’ils puissent accéder aux financements bancaires pour la satisfaction de leurs besoins malgré l’absence de flux réguliers de revenus.

Sans surprise, ces différents aspects rejoignent ceux souvent soulignés pour que, dans chaque pays, la croissance africaine soit réellement inclusive et que les inévitables inégalités soient correctement maitrisées et limitées. Les nations qui s’attelleront le mieux à ces défis seront certainement celles qui transformeront le plus vite le rêve des classes moyennes en réalité.

(Avec Paul Derreumaux)

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Economie Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV