Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Ainsi finissent les collaborateurs du Mollah Omar Bongo...

Publié le 21 Octobre 2014 par Gri-Gri International in Gabon 2011

Bien moins vilain que son Mollah'Son de fils...
Bien moins vilain que son Mollah'Son de fils...


On dirait qu’une implacable fin ignominieuse ou tragique attend les anciens collaborateurs du guide éclairé, grand timonier, l'homme fort du Gabon, l'arme du présent et de l'avenir… Omar Bongo. Plusieurs nababs gabonais de la fin du 20ème siècle qui roulaient sur l'or et brassaient des milliards de FCFA ont fini leur vie dans des conditions misérables, couverts de dettes et de déshonneur, comme s’ils payaient un tribut impitoyable aux forces de la nature.

La légende raconte ainsi que Jean Pendy Bouyiki, ancien jeune ministre flambeur d’Omar, débiteur de la SEEG et usager de clandos avec des concitoyens ahuris, vit actuellement dans des conditions insoupçonnables pour quelqu’un qui frayait avec le beau monde. Simplice Nguedet Manzela, longtemps secrétaire général du PDG avait réussi l’exploit de se faire appeler « arrière-arrière-arrière-grand-père » par les Bongo Cfa. Tant ce Nzébi de l’Ogooué-Lolo ne savait plus quoi faire avec son argent. Aujourd’hui, il a rejoint les 99% de ses compatriotes que le système a volontairement jetés, dans la pauvreté.

C’est à ce moment qu’on réalise ce que chacun soupçonnait, à défaut d’en avoir la preuve : tous ces roitelets vivaient sur l’argent de l’Etat, et cela continue de nos jours. Dans dix ou vingt ans, attendons-nous à vivre des disgrâces encore plus spectaculaires, compte tenu des déprédations budgétaires et financières des émergents pressés de s’en mettre plein les poches en peu de temps. L’ancien curé Paul Mba Abessole, qui s’est reconverti dans les affaires, après avoir renié doublement le Christ et ses convictions politiques, n’a pas à craindre une fin à la Pendy, Mayila ou Ngeudet Manzela...

In L'Aube n°45