Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 09:00
Démographie africaine
Démographie africaine

Retrouvez toutes les chroniques de Christian d'Alayer sur son blog ICI

« Et il y a l’évolution à long terme : celle-ci se produit lentement, dans les profondeurs… Je voudrais que (nous) méditions pour que l’expérience (du) passé récent…aide (les Africains) à ne pas rééditer les erreurs des autres »

C’est signé Béchir Ben Yahmed, éditorial du samedi 5 juillet 2104 de l’hebdomadaire Jeune Afrique. Il s’agit d’un énième plaidoyer du fondateur du dit hebdo contre la démographie des Noirs, sujet récurent sous la plume de l’éditeur tunisien : « j’enrage de voir… ignorer (ce problème)…par ceux qui ont la charge de notre avenir » indique-t-il d’ailleurs quelques paragraphes plus loin, confirmant ainsi ce qu’il faut bien appeler son obsession.

C’est un sujet trop sérieux pour en parler avec légèreté aussi me trouverez-vous sans doute beaucoup trop peu caustique. Tant pis ! BBY, appelons-le comme il se fait appeler par ses subordonnés, part de la comparaison entre la Chine et l’Inde pour prédire au Sud du Sahara un avenir aussi peu glorieux que celui des Indiens s’il ne contrôle pas ses naissances. Arrêtons-nous un instant sur ces arguments :

• Chine et Inde d’abord : partir de la seule démographie pour expliquer le décrochage économique (par habitant) des Indiens face à l’envolée des Chinois est plus que « court », c’est carrément anti-scientifique. C’est faire fi de l’histoire (la civilisation chinoise a quelques millénaires de plus que la civilisation moghole), des investissements étrangers (la Chine a, là encore, des milliers de milliards de $ d’avance sur l’Inde) et de la diaspora chinoise : encore des milliers de milliers de Chinois dispersés dans le monde au bénéfice de l’Empire du Milieu.

• BBY a été indiscutablement l’un des chantres africains de l’anticolonialisme. Pourquoi diantre oublie-t-il dans sa réflexion le phénomène tout de même non négligeable en matière de développement de la présence britannique en Inde jusqu’aux années 1960 ?!

• Enfin, mais fait très important, BBY compare des populations globales sans s’intéresser à la superficie qui les héberge. Et il néglige ainsi la densité de population…

Beaucoup donc d’oublis dans le raisonnement d’un homme qui pense être un « sage » : au Sud du Sahara, un vieux est réputé sage s’il est aussi une bibliothèque. En Europe, on dirait qu’il n’y a pas de science sans culture. Peu importe, le sujet est sérieux puisque la plupart des Occidentaux, qui inspirent visiblement BBY, défendent des thèses antinatalistes. Pour eux, les ressources naturelles terrestres sont limitées et le développement de l’ancien Tiers Monde, c’est-à-dire des trois quarts de l’humanité, conduit notre planète à sa perte. Ce, parce qu’ils sont sous l’influence croissante des écologistes qui, bien que peu nombreux, constituent une sorte de charnière politique pouvant faire ou défaire des majorités.

En moins de trente ans, leurs idées ont littéralement phagocyté les médias occidentaux, permettant au passage aux ultra libéraux d’imposer leur contre-révolution et aux lobbies militaro-industriels de s’emparer du pouvoir médiatique (quand il ne s’agit que de ce pouvoir…).

Figurez-vous qu’une vieille rengaine éculée est même en train de ressortir contre la "malbouffe" et l’industrie alimentaire : cette dernière serait un échec car, non contente d’empoisonner les populations, elle n’arriverait pas à la nourrir. Ce alors que les disettes ont disparu de la surface de notre planète, la FAO ne vivant plus que des aides aux populations fuyant les zones de combat ! Mais bon, en Occident, tout est permis, y compris les mensonges les plus éhontés : car il ne s’agit pas de mensonges mais d’inculture. Peut-on reprocher à une corporation, celle des journalistes, d’être inculte au-delà des souvenirs immédiats à l’époque de la virtualité universelle ?

Avant de développer mes propres idées sur la démographie africaine, une dernière critique sur l’éditorial de Jeune Afrique : BBY n’attaque en fait que les bébés noirs. Les bébés arabes, eux et selon lui, sont sages. « l’Afrique du Nord…a maîtrisé sa démographie » écrit-il, chiffres à l’appui. Ce, en omettant là aussi un paramètre de taille, celui de l’urbanisation : partout, de tous temps, les familles citadines ont fait moins d’enfants que les familles rurales. Et l’urbanisation nord africaine a été plus précoce qu’au sud du Sahara pour des raisons historiques qu’un Africain ne peut pas, ne doit pas ignorer : au sud du Sahara, les Arabes puis les Européens ont non seulement vidé des régions entières de leurs populations mais détruit aussi les sociétés préexistantes et les villes qui ne leur permettaient pas d’évacuer le produit de leurs pillages. Voyez ce qui est arrivé par exemple aux descendants noirs de la civilisation pharaonique : obligés de se réfugier sur les hauts plateaux d’Abyssinie alors qu’ils avaient commencé, après les invasions grecques et romaines, à créer des liens importants avec l’Inde des siècles, que dis-je, plus de mille ans avant l’arrivée des Portugais sur les côtes de la péninsule indienne ! Et les Bantous : alors que l’emprise de ces cultivateurs avait atteint le fleuve Sénégal, ils durent plier bagage, du moins ceux qui survécurent, et se réfugier en lisière de forêt en moins de deux siècles sous les assauts des barbares nomades sahéliens financés par les Arabes. Bref, l’histoire de l’Afrique du nord, prédatrice avant d’être elle-même placée sous le joug de prédateurs plus forts, n’a rien à voir avec celle du sud du Sahara, les Arabes n’apprenant d’ailleurs même pas à l’école qu’ils furent esclavagistes avant les Occidentaux !

Pour les incultes et avant d’aller plus loin, je rappelle ici quelques éléments basiques du développement humain : l’agriculture remplace la cueillette et la chasse en sédentarisant l’homme. Ce qui est à l’origine des villes et donc de l’urbanisation. C’est une fois que cette urbanisation a grandi que sont nées les civilisations et le commerce international. Puis les nomades, attirés par la richesse de ces civilisations, les ont envahis avant d’être convertis par elles. Au sud du Sahara, il n’y a pas eu cette dernière phase puisque les Arabes puis les Européens se sont contentés de razzier d’abord l’or et les hommes avant d’imposer, du seul côté européen cette fois-ci, des cultures de rente aux autochtones. Donc des métiers ruraux, CQFD ! À noter qu’au nord du Sahara, les Occidentaux ne se sont pas pliés aux coutumes locales mais ont imposé leur façon de vivre aux seuls autochtones urbanisés, les élites. D’où, effectivement, une sorte de copie-collage d’idées et de comportements chez ces élites « occidentalisées », façon d’être qu’on ne retrouve pas chez les Arabes moyen orientaux.

Revenons-en à la démographie...

...en ayant cette fois-ci tous ces éléments en tête. Et que voit-on immédiatement sinon un dépeuplement phénoménal de l’Afrique dont les densités de population restent d’ailleurs, même à plus d’un milliard d’habitants, les plus faibles du monde. Or et contrairement aux affirmations des Occidentaux (et de BBY), démographie et développement sont concomitants, pas opposés. La Chine a pu se développer très rapidement dès lors que les investissements y ont été massifs. Notez qu’aujourd’hui, la Chine héberge plus d’IDE, ces "Investissements directs étrangers" que les USA ! Ça n’a pas été le cas de l’Inde où, d’une part, les investissements ont été et restent très inférieurs à ceux de Chine et où, d’autre part, aucune révolution n’est venue casser les inégalités de naissance : il y a toujours des Intouchables en Inde où, en outre, seule une minorité urbaine a accès aux bienfaits de la croissance économique. Phénomène que vous retrouvez d’ailleurs en Afrique du nord, d’où le succès des Islamistes aux élections…

Mais la Chine a pu se développer rapidement parce que sa population était importante : elle dispose d’un immense réservoir de travailleurs de plus en plus formés et d’un marché intérieur fantastique où s’écoulent bien plus de biens et services qu’à cette exportation que nos ultra libéraux mettent en avant. Les dites exportations financent en partie le développement, mais en partie seulement : il y a les fameux IDE et l’épargne locale qui sont tout aussi importants… On retrouve ce rôle moteur de la démographie en Afrique où les pays les plus dynamiques sont aussi les plus peuplés. Vous pouvez à ce sujet lire mon article Les Tigres africains sur mon blog (dalayer.kazeo.com), rubrique New Africa ; où vous verrez aussi que les Africains croissent aussi parce qu’il est impossible de vivre de ses rentes au sud du Sahara…

Dernier élément que j’aimerais porter à votre connaissance : partout dans le monde, la démographie a baissé en même temps que grimpait l’urbanisation. C’est un phénomène moderne, tenant à la fécondité moindre des femmes citadines qui travaillent et se mettent en couple plus tard et qui est d’ailleurs à l’origine de la baisse de natalité gravissime des pays européens. J’écris gravissime parce que les sociétés qui la connaissent peuvent dépasser un seuil au-delà duquel il leur sera impossible de se pérenniser sans un apport migratoire de plus en plus important. Qui finira immanquablement par remplacer totalement ou presque la population d’origine. Donc la société d’origine. C’est le cas de l’Allemagne aujourd’hui et, peut-être, de la Grèce et de l’Italie demain : l’Europe se meurt d’une démographie insuffisante mais trop peu de gens le disent.

Quoi qu’il en soit, l’Afrique noire subira le même sort démographique que l’Afrique du nord quand ses campagnes se videront, ce qui est en train de se passer de nos jours, sous nos yeux. Voyez Dakar par exemple : plus de trois millions d’habitants aujourd’hui alors qu’il y en avait tout juste un gros million il y a moins de quinze ans. Et je ne vous parle pas des villes nigérianes ! Point besoin donc d’éditoriaux outrageusement dramatiques sur la démographie subsaharienne. Celle-ci baissera d’elle-même d’intensité, comme toutes les autres…

Ah, un dernier point : savez-vous que la Chine, pour la première fois de son existence, a vu sa population diminuer en 2012 ? Oui, "diminuer"… Les autorités ont donc et très rapidement décidé de réagir. On ne connaît pas encore les mesures qu’elles vont arrêter mais on parle déjà d’abolir les amendes en cas de naissance d’un deuxième enfant par foyer. Les Chinois sont moins fous que les Européens…

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Con de blanc
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV