Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

54 ans de Gabon = 50 ans de Bongo !

Publié le 28 Août 2014 par Gri-Gri International in Gabon 2011, Politique

Franceville Opposition gabonaise 17 août 2014
Franceville Opposition gabonaise 17 août 2014

"54 ans d'indépendance : bilan et perspectives".

C'est sous ce thème que les Souverainistes ont organisé, le 17 août dernier, un meeting au quartier Sable, dans le 2ème arrondissement de Franceville. Pour les participants à cette importante rencontre - une grande première au Gabon -, le bilan des 54 ans d'indépendance, dont 50 sous le règne tyrannique des Bongo, est tout simplement catastrophique. De la santé à l'éducation en passant par les infrastructures, notre pays a connu une régression sans pareil. Deux exemples suffisent à symboliser cette situation anachronique : à Libreville, le principal hôpital du pays manque d'eau, et les femmes accouchent à même le sol. Dans le domaine de l'éducation, le Gabon est certainement le seul pays au monde où les élèves étudient dans les vestiaires d'un stade de football.

Avec beaucoup de liberté de ton, les Altogovéens (dont certains sont arrivés de Moanda ou d'Okondja) ont rappelé que les seuls domaines où le régime Bongo/PDG a connu une expansion foudroyante sont : les crimes rituels, les détournements massifs de deniers publics, la dépravation accélérée des mœurs, la confiscation des principaux leviers économiques et politiques par les étrangers amis et complices des Bongo.

Dans le même temps, les participants ont évoqué, pêle-mêle, les assassinats politiques, les spoliations foncières, le génocide intellectuel ou encore les démolitions d'habitation dont les ressortissants du Haut-Ogooué sont victimes depuis de nombreuses années.

Conduits par les Souverainistes Michel Ongoundou Loundah, Alphonse Louma Eyougha (Union Nationale) et Jean-Steve Okimbi (société civile), les débats - qui ont duré pendant près de 3 heures - ont abouti à une conclusion simple : les Gabonais doivent, le plus tôt possible et par tous les moyens, se débarrasser d'Ali Bongo et sa légion étrangère.

Texte / Chaka Hama Zulu